Pour une meilleure expérience, veuillez modifier votre navigateur pour CHROME, FIREFOX, OPERA ou Internet Explorer.

Blog Details

Ema évalue les cas de syndrome de Guillain-Barré après administration du vaccin AstraZeneca

Ema évalue les cas de syndrome de Guillain-Barré après administration du vaccin AstraZeneca

Ema évalue les cas de syndrome de Guillain-Barré après administration du vaccin AstraZeneca

 

 

Le syndrome de Guillain-Barré (Gbs) est un trouble du système immunitaire qui provoque une inflammation des nerfs et peut provoquer des douleurs, des engourdissements, une faiblesse musculaire et des difficultés à marcher. Selon les dernières mises à jour du comité de pharmacovigilance Prac de l’Agence européenne des médicaments, il s’agit d’un “événement indésirable possible” de l’administration du vaccin anti-Covid Vaxzevria.

Le comité de pharmacovigilance Prac de l’Agence européenne des médicaments examine les cas suspects de syndrome de Guillain-Barré (Gbs) rapportés après l’administration du vaccin anti-Covid Vaxzevria d’AstraZeneca. Cela a été annoncé par l’EMA elle-même, dans le rapport dans lequel elle fait le point sur la dernière réunion du comité d’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance – PRAC.

Syndrome de Guillain-Barré (Gbs)
Gbs, rappelle l’organisme de réglementation de l’UE, est un trouble du système immunitaire qui provoque une inflammation des nerfs et peut provoquer des douleurs, des engourdissements, une faiblesse musculaire et des difficultés à marcher. Les experts du comité, explique l’EMA, analysent “les données fournies par le titulaire de l’autorisation de mise sur le marché”, Aic, du vaccin de la société anglo-suédoise “sur les cas de syndrome de Guillain-Barré rapportés suite à la vaccination.

 

Vaccin AstraZeneca

Le GBS a été identifié au cours du processus AIC comme “un éventuel événement indésirable nécessitant des activités de surveillance spécifiques”, précise l’agence. “Le Prac – souligne-t-il – a demandé au titulaire de l’autorisation de mise sur le marché de fournir des données plus détaillées, y compris une analyse de tous les cas rapportés, dans le cadre du prochain rapport de sécurité”. Le comité poursuivra son examen et fournira d’autres communications au fur et à mesure que de nouvelles informations seront disponibles.

Ema lance la surveillance des vaccins ARNM
De même, le PRAC «surveille étroitement» si les vaccins à ARNm pourraient également être liés à des cas de caillots sanguins rares et inhabituels avec de faibles plaquettes, le même effet secondaire qui a été rapporté dans les vaccins

et Johnson & Johnson. Cela a été annoncé par l’EMA. “Suite à un examen des rapports d’effets secondaires suspectés, le PRAC estime à ce stade qu’il n’y a aucun signal sur la sécurité des vaccins à ARNm. Seuls quelques cas de caillots sanguins à faible taux de plaquettes ont été rapportés. Contexte des personnes ayant reçu de l’ARNm vaccins, ces chiffres sont extrêmement faibles et leur fréquence est inférieure à celle qui se produit chez les personnes non vaccinées », écrit l’EMA. “Aussi, ces cas ne semblent pas avoir le même schéma clinique spécifique observé avec Vaxzevria (AstraZeneca) et le vaccin Janssen (J&J). Dans l’ensemble, les preuves actuelles ne suggèrent pas de relation causale », conclut l’Agence européenne des médicaments.

Traduit par Mr Ranieri Ghjuvan

Retrouvez l’article en italien : EMA

laissez votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduire

CorsicanFrenchItalian
Votre pub Ici
Votre Pub Ici


Haut