Pour une meilleure expérience, veuillez modifier votre navigateur pour CHROME, FIREFOX, OPERA ou Internet Explorer.

Blog Details

De nombreux hommes meurent d’un cancer évitable par la vaccination

De nombreux hommes meurent d’un cancer évitable par la vaccination

En analysant les données de la campagne de vaccination contre le virus du papillome (VPH) aux États-Unis, une équipe de recherche de l’Université du Michigan a constaté qu’entre 2010 et 2018, moins d’un tiers des adolescents bénéficiaient d’une couverture complète. Étant donné que le virus est également responsable du cancer de la bouche, qui n’a cessé de croître ces dernières années et dont l’incidence est trois fois plus élevée chez les hommes que chez les femmes, de nombreux jeunes hommes perdent la vie à cause d’un cancer évitable par la vaccination.

 

VPH

 

En analysant les taux de vaccination contre le virus du papillome humain (VPH), une équipe de recherche américaine a constaté que seulement 16 pour cent des garçons de 18 à 21 ans avaient reçu la première dose du vaccin , contre 42 pour cent des filles. Le virus du papillome humain (VPH) a tendance à être associé au cancer du col de l’utérus , cependant, il peut également être responsable du cancer du pénis et du cancer anal , en plus d’être parmi les principales causes du cancer de l’ oropharynx , un type de cancer qui s’avère être de plus en plus répandue ces dernières années. Comme indiqué par l’Association italienne pour la recherche sur le cancer (AIRC) , le cancer de la bouche affecte les hommes trois fois plus que les femmes et représente 10 pour cent des tumeurs malignes chez les hommes (4 pour cent pour les femmes). L’AIRC souligne qu’en Italie , chaque année, environ 4 500 cas de cancer de la bouche sont diagnostiqués et 3 000 décès sont enregistrés.

Une équipe de recherche américaine dirigée par des scientifiques du Département d’oto-rhino-laryngologie de l’Université du Michigan – Chirurgie de la tête et du cou, qui a collaboré, a déterminé que la vaccination contre le virus du papillome humain (VPH) est beaucoup plus faible chez les hommes que chez les femmes. maladies, obstétrique et gynécologie et chirurgie. Les scientifiques, coordonnés par le professeur Michelle M. Chen, sont arrivés à leurs conclusions après avoir analysé les données de la campagne de vaccination contre le VPH entre 2010 et 2018. Selon les indications des autorités sanitaires américaines, le vaccin contre le VPH est recommandé chez les jeunes de moins de 26 ans, avec 2 doses à l’âge de 11-12 ans et un rappel à l’âge de 13-26 ans. Couverture vaccinale complète ; compte tenu de l’essor des cancers buccaux et de leur létalité, ce manque d’administration chez les jeunes se traduit par de nombreuses victimes qui pourraient être facilement évitées.

 

Bien que le vaccin contre le VPH ait été approuvé aux États-Unis en 2006 pour les femmes contre le cancer du col de l’utérus et 3 ans plus tard également pour les hommes, ce n’est qu’en 2020 qu’il a été inclus dans la prévention du cancer de l’oropharynx, qui, comme indiqué, est en constante augmentation. «Je ne pense pas que beaucoup de gens, à la fois prestataires et patients, soient conscients que ce vaccin est en fait un vaccin destiné à prévenir le cancer chez les hommes et les femmes», a déclaré Michelle Chen, chirurgienne de la tête, du cou et de la gorge de l’Université du Michigan. “Mais le cancer de l’oropharynx associé au VPH peut avoir un impact sur n’importe qui – et il n’y a pas de dépistage valide, ce qui rend la vaccination encore plus importante”, a t-elle ajouté.

Grâce aux vaccinations chez les jeunes femmes, les statistiques du cancer du col utérin sont littéralement en chute libre. En Australie , où ce vaccin est offert gratuitement aux étudiants adolescents , la maladie a été presque complètement éradiquée et devrait être vaincue prochainement . Les auteurs de l’étude recommandent donc de vacciner autant de garçons et de filles que possible contre le VPH, pour obtenir l’immunité collective le plus tôt possible et également arrêter la croissance du cancer de l’oropharynx. Les détails de la recherche « Vaccination contre le VPH chez les jeunes adultes aux États-Unis » ont été publiés dans la revue scientifique JAMA -Research Letter.

Retrouvez l’article americaine ici : Jamanetwork

Traduit de L italien par Ranieri Ghjuvan de l’article de : Andrea Centini

 

Commentaires (1)


  1. Carolina spanuzzu

    Merci beaucoup pour votre traduction. C est super! Ca permet d avoir quelques infos venant d autres pays.

laissez votre commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traduire

CorsicanFrenchItalian
Votre pub Ici
Votre Pub Ici


Haut